III- Une évolution qui ne concerne pas toutes les familles

Une évolution qui n’est pas marquée à tous les continents : marquée mais pas de la même manière

a-    Exemple d’une famille africaine :

Le modèle familial le plus courant était la monogamie et la polyandrie (lorsqu’une femme peut avoir plusieurs maris). Maintenant, elles sont la plupart du temps nucléaire (monogamie ou polyandrie) et on remarque une séparation de la population en familles, alors qu’auparavant il y avait des regroupements par tribus ou ethnies qui vivaient en communauté. Il faut noter que la consanguinité était habituelle.

Le rôle des parents a également connu des changements, particulièrement celui de la femme. Elle était censée effectuer le travail ménager et assurer l’éducation des enfants. Aujourd’hui ces attentes n’ont guère évoluées, mais les femmes ont gagné en liberté et on obtenue plus de droits. L’homme, lui, a un rôle de travail.

Concernant le mariage, il n’était pas souvent volontaire, et on constatait des alliances entre les lignages et/ou les clans. Une dot existait et été donné par le chef de famille. Dorénavant, le mariage a connu des chamboulements par le christianisme, et le mariage ressemble à celui des familles européennes et traditionnelles.

L’éducation des enfants était principalement donnée par la mère. A présent, on observe une meilleure scolarisation chez les filles.

b-    Exemple d’une famille asiatique :

Le chef de famille (le père) décidait de toutes les affaires de la famille et possédait toute l’autorité. Maintenant, les décisions importantes familiales se prennent à deux et le partage des tâches ménagères commence à apparaître petit à petit.

Le mariage consistait en un long et grand rituel, et était un évènement très attendu par les familles. Cette idée de grand mariage persiste encore, mais dorénavant, on constate un libre arbitre des conjoints et une monogamie majoritaire. L’égalité des sexes est un peu plus marquée.

Effectivement, la femme était soumise à l’autorité de son mari, qui décidait seul. On observe aujourd’hui une entraide permettant à la femme de mieux se consacrer au travail. Concernant l’éducation des enfants, elle était auparavant donnée par la famille (au sens large), à présent, l’enfant est éduqué dans l’idée du respect de la famille. Ils gardent un lien étroit avec ses parents et frères ou sœurs mais aussi avec ses oncles et tantes. Les familles vivaient en ville, dans de petits appartements, mais préfèrent maintenant se réunir dans des maisons avec plusieurs générations (assez fermées).

 

c-     Exemple d’une famille américaine :

Les familles traditionnelles américaines qui  regroupaient simplement les parents et les enfants deviennent majoritairement des familles nucléaires, ou encore élargies ou recomposées. Espace de vie familial était défini autour de plusieurs générations qui vivaient dans la même maison. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas, bien que les enfants conservent des liens proches avec leurs grands-parents.

Concernant le rôle des membres de la famille, on voit que les femmes consacrent maintenant autant de temps au travail qu’aux enfants et ne restent pas au foyer afin de n’assurer « que » l’éducation des enfants. Pour l’homme, on constate une amélioration dans les rapports entretenus avec leurs enfants (plus de temps leur est désormais consacré) ainsi qu’une participation plus active au sein du foyer, par exemple 49% des hommes aident leurs épouses durant les tâches ménagères contre seulement 25% en 1985. Les couples américains connaissaient des mariages traditionnels alors qu’ils étaient très jeunes, aujourd’hui la conception classique du mariage s’est modifiée et on constate une augmentation du divorce. Cela s’accompagne d’une diminution du nombre d’enfants, et un temps moins important leur est consacré.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×